In principio

Publié le par Mahaut

Seigneur Jésus,
Apprenez-nous à être généreux,
A Vous servir comme Vous le méritez,
A donner sans compter,
A combattre sans souci des blessures,
A travailler sans chercher le repos,
A nous dépenser sans attendre d'autre récompense
Que celle de savoir que nous faisons Votre Sainte Volonté.



Même si je n'ai passé qu'un temps infime de ma vie dans le scoutisme, que sur le moment l'expérience ne m'a pas semblé particulièrement appréciable, et que j'en suis partie aussi vite que j'y étais venue (la non-mixité féminine et les atmosphères qu'elle engendre étant assez peu compatibles avec ma façon d'être), son esprit m'a profondément marquée, et surtout quelques prières, dont la principale que j'ai souhaitée mettre en exergue de cet article et, comme il en est le premier, de ce blog.

Soulignons d'emblée un point de désaccord pour le dépasser : "à Vous servir comme Vous le méritez" me semble assez peu approprié : le Christ ne "mérite" rien, Il est au-delà de tout "mérite", de cette notion si humaine de proportionnalité à une action. L'action du Christ est par essence hors de toute proportionalité, elle dépasse tout. Partant, elle pulvérise l'idée de "mérite". Et qui plus est nous ne pourront jamais, même le plus parfait des saints, répondre pleinement à ce qui excède toute mesure.

Peut-être (en ne connectant pas mes neurones plus d'une seconde, donc cette proposition est perfectible) pourrait-on dire "A Vous servir comme Vous le désirez", au sens où le service n'est pas un abaissement servile, mais bien une élévation par laquelle nous répondons à ce qu'exige de nous l'exemple du Christ, et surtout à Son dessein à notre égard, au désir de Dieu dont seule la Volonté nous fait advenir et nous garde en vie : c'est parce que Dieu nous veut et nous pense à chaque fraction de seconde, c'est par Son désir que nous sommes.
D'où cette modeste proposition...

(d'où aussi votre désespoir de lire un paragraphe entier pour ce qui n'est qu'un exergue, ne vous inquiétez pas, on arrive aux choses mêmes...)

Servir donc. Tel est le moteur de mon engagement au sein de SOS Chrétiens d'Orient, d'abord pour une courte mission (je dois être en France cet automne). D'où le nom de ce blog. D'où aussi le fait que je ne sois pas encore en mesure de vous dire exactement où je vais : je n'exprimerai pas de préférence (entre la Syrie, l'Irak, le Liban, l'Egypte etc...) mais seulement ce que je peux apporter, et irai là où cela sera jugé opportun.

La première étape concrète est de réunir les fonds me permettant de partir. En tant que bénévole, le billet d'avion est à notre charge, ce qui est une évidence : on est entièrement pris en charge sur place, et si les dons offerts à l'association servaient à prendre des billets d'avion pour les jeunes chrétiens péchus français, ça serait n'importe quoi. Si je dois partir quelque part avec mes propres ressources financières, la Normandie est la destination la plus lointaine que je puisse envisager (quoi que, on peut aller en Bretagne en bus pour 5 euros, mais là n'est pas la question)... D'où mon recours à la générosité de mécènes via le site de financement participatif Le Pot Commun : https://www.lepotcommun.fr/pot/urb8dngt
(avec une petite selfie pour faire joli, et hop, qui me servira aussi d'illustration pour le présent texte) :



Pourquoi une mission auprès des Chrétiens d'Orient ? pourrez-vous encore me demander.
Parce qu'il s'agit là des sources mêmes de la Chrétienté : la France, Fille Aînée de l'Eglise, si le pape le dit, je ne vais pas rechigner (bien que n'étant pas papiste moi-même), mais c'est bien l'Orient qui est Mère de l'Eglise. Ex Oriente Lux. 

Il s'agit non seulement des terres des premiers chrétiens, mais en plus, de terres chrétiennes avant que d'être islamisées par la force, ce qui est assez largement oublié dans la vision contemporaine du Proche et du Moyen Orient comme "terres d'Islam". Non, terres des dieux babyloniens, phéniciens, d'abord, puis en partie terres du Dieu d'Israël, puis des dieux de l'Empire Romain, puis sanctifiées par le Christianisme. 

En tant que chrétienne, il m'agace toujours profondément de voir niée, ou oubliée, cette réalité historique, mais, depuis l'intensification des conflits et l'émergence de Dèche-sur-Racca, la persécution de mes frères m'est insupportable, et mon impuissance pis encore. Aussi, apprenant l'existance de ces missions de volontariat, n'ai-je pas hésité une seconde. 

 

 

 

Commenter cet article